Les îles Gili entre paradis et enfer à touristes…

Elle est jolie la photo de l’article n’est ce pas ? T’aimerais bien y aller toi aussi dans ces eaux turquoises hein !? Et bien sache que les îles Gili c’est seulement 10 à 20% de photos comme celle-ci. Tout le reste des îles est bien différent des cartes postales que l’on nous vend. Bien, bien différent, mais commençons par le début…

En juin dernier, un peu à la dernière minute, nous avons décidé de faire un arrêt par l’Indonésie avant de poursuivre notre voyage vers l’Australie. Nous voulions nous reposer et souffler un peu. Et pour cela quoi de mieux que l’Indonésie et son luxe à petit prix ?

Nous avons donc visité Ubud, petite ville très touristique au centre de l’île de Bali, dont tu trouveras un article détaillé ici. Nous voulions ensuite nous prélasser sur des plages de sable blanc, nager avec des tortues et savourer du poisson frais sans nous ruiner. Nous avons donc fait quelques recherches sur des blogs de voyage et interrogé des locaux à ce sujet. Les avis étaient assez unanimes : nous devions aller sur Gili Air !

Nous avons donc orienté nos recherches sur les îles Gili. Et oui il n’y a pas que Gili Air ! Il y a aussi Gili Meno et Gili Trawangan. Il s’avère que si tu prends un bateau de Bali pour aller vers les îles Gili, tu tomberas d’abord sur Gili Trawangan puis Gili Meno et enfin la tant convoitée Gili Air. Trois îles paradisiaques pour le prix d’une ! Il n’y a pas à hésiter ! Nous visiterons les trois !

Comment se rendre sur les îles Gili de Bali ?

La première question que nous nous sommes donc posée c’est comment aller sur ces fameuses îles et pour quel prix ? Il y a en fait 2 possibilités :

– Prendre un speed boat en réservant le billet auprès d’une agence ou bien en passant par son hôtel. Nous sommes passés par notre hôtel à Amed, celui du club de plongée. Ils ont un partenariat avec Gili Sea Express. Un billet pour aller jusque Gili Trawangan en moins d’1h30 nous a couté 200 000 roupies (soient environs 14€). Le transfert de notre hôtel jusqu’au port était compris dans le prix. Nous te conseillons de prendre le bateau le matin. La mer est beaucoup moins agitée. Tu ne seras pas malade ou beaucoup moins et ce sera beaucoup plus rapide. Nous avons fait l’erreur de faire le retour un après-midi. L’un de nos pires souvenirs de trajet en bateau… Sans vouloir t’effrayer, reste prudent et juste au cas où assis toi à l’avant du bateau, les accidents sont assez fréquents (explosion des moteurs).

– Sinon si tu souhaites faire des économies et surtout si tu as du temps, tu peux prendre un ferry. Contrairement au speed boat, tu pourras voyager avec les locaux. Par contre, attention ce n’est pas direct. Tu commences par te rendre à au port de Padang Bai à Bali pour acheter ton billet, environs 40 000 roupies (soient environs 3€). Cinq heures plus tard tu arrives sur l’île de Lombok. Le ferry est donc passé à côté de toutes les îles Gili et maintenant tu dois faire un petit détour. Tu dois te rendre au port de Bangsal où il te faudra trouver le comptoir des bateaux locaux pour les îles Gili. Ça te coutera entre 11 000 et 15 000 roupies pour un trajet d’environs 30 minutes vers l’île Gili de ton choix. Ce n’est pas très clair ? Rend toi sur le site de Captaingini qui explique ça bien mieux que nous 😉.

Comment se déplacer entre les îles Gili ?

Tu as les deux mêmes solutions pour te déplacer entre les îles Gili : le speed boat ou le « ferry »(qui est en fait un bateau local en bois très typique et mignon). Cette fois-ci nous te recommandons le ferry qui met quasiment le même temps qu’un speed boat mais pour la moitié du prix. Sache, que les trajets entre les îles Gili sont extrêmement courts, entre 15 et 30 minutes. Par contre, si les départs des speed boat se font toutes les heures, les bateaux locaux eux ne partent que 2 ou 3 fois par jour, renseigne toi au « port ». Sur chaque île Gili, tous les départs et arrivées des bateaux se font au même endroit. Rend toi là bas et cherche un comptoir qui ne ressemble pas à une agence mais plutôt à un guichet. Sur Gili Trawangan il est un peu plus dur à trouver. En fait il suffit de se rendre sur la plage, c’est le seul à ne pas être côté rue.

La fêtarde Gili Trawangan

Nous avons commencé par nous rendre sur l’île de Gili Trawangan. Nous ne nous attendions pas à y rester longtemps étant donné ce que nous avions entendu sur cette dernière : très festive, bruyante, sale. Et c’est peut-être parce que nous nous attendions au pire, que contre toute attente, nous l’avons appréciée ! Il est possible que le fait de venir un peu avant la haute saison et surtout pendant le ramadan ait joué en notre faveur. Par contre, c’est en effet l’île la plus développée avec tout un tas de restaurants, bars, boutiques, clubs de plongée, hôtels, spas… en s’éloignant un peu du débarcadère, l’île est plus calme et les hébergements moins chers. N’hésite pas à aller faire un tour au sud de l’île pour contempler le coucher de soleil, c’est magnifique !

Nous avons trouver l’île très agréable pour flâner sur la plage, dans les boutiques, aller faire un tour au spa, boire un cocktail sur la plage, dîner à la lueur d’une bougie en écoutant le son des vagues. Bon et bien sûr faire la fête sur la plage quand la saison s’y prête. Comme pour Gili Meno et Gili Air, il y a beaucoup de corail sur les plages donc nous te conseillons d’apporter des chaussures pour aller dans l’eau ce sera moins douloureux. Par contre, ce n’est pas notre premier choix pour le snorkeling. Ha oui ! Et petit détail qui a son importance, les eaux autour des îles Gili sont infestées de micro-méduses. En faisant du snorkeling tu entendras l’eau crépiter et ta peau commencera à te brûler par endroits. En sortant, tu auras sûrement des petits boutons rouges qui démangent qui apparaîtront. Rien de grave cela disparaîtra au bout de quelques jours. Rien à faire contre ça si ce n’est porter un tee-shirt. Après, il faut savoir que c’est la présence de ces méduses (entre autres) qui attirent les tortues car elles en raffolent.

La presque sauvage Gili Meno

Nous disons « presque » car avec le développement du tourisme, de nouveaux restaurants et hébergements apparaissent petit à petit, quitte à gâcher le charme de cette île. Gill Meno a tout de même était notre préférée. Contrairement aux 2 autres, elles disposent de jolies plages « sauvages ». À Gili Air et Gili Trawangan il n’y a presque plus d’endroit où poser sa serviette étant donné le grand nombre d’établissements installés au plus près de l’eau…

Sans conteste le meilleur endroit pour faire du snorkeling ! Nous avons nagé avec une tortue à chaque expédition ! À notre avis, il n’est pas nécessaire de passer par une agence pour faire du snorkeling. Nous avons fait tous les spots proposés par les agences par nous mêmes, tout est accessible des plages.

Voilà pour le côté positif. Si tu pars faire le tour de l’île à pieds ou bien si tu la traverses pour visiter son centre. Tu risques bien de déchanter… Il n’y a apparemment pas de système de traitement des déchets ni même de transport organisé pour les sortir des îles. Tu passeras d’une plage paradisiaque à un paysage de désolation… Les constructions qui sont cassées ou bien qui ne sont plus utiles, sont laissées à l’abandon et d’autres sont construites à côté. Nous te laissons imaginer ce que ça peut donner sur une île d’à peine 15 km2 … Non allez je te montre !

Ça fait moins rêver d’un coup hein ?! Malheureusement le tourisme n’apporte pas que de l’argent, il génère des déchets et sans structure adaptée cela donne des îles paradisiaques détruites.

Quelques adresses :

Un incontournable pour se restaurer : le Warung de Ya Ya. Ce petit restaurant face à la mer ne paie pas de mine avec ses vielles tables en bois mais le goût est là. C’est en fait une vieille dame qui ne parle pas un mot d’anglais qui te préparera des plats typiques délicieux. Tout est fait sur commande donc ne soit pas pressé. Autre point important, les prix sont imbattables ! Régale toi !

Lors de notre séjour, nous avons logé au We’be Cottages. De charmants petits bungalows individuels avec ou sans clim (tu auras le choix entre le simple ventilateur ou bien un système de climatisation). Le patron, bien que ne comprenant pas très bien l’anglais est adorable ! Le petit-déjeuner ne paie pas de mine mais a le mérite d’être inclus dans le prix de la nuit. Nous avons payé environs 250 000 roupies indonésiennes la nuit avec clim. Comme nous l’avons déjà dit, en Indonésie, tout est négociable…

La poubelle Gili Air

Nous arrivons enfin à la tant attendue Gili Air que tout le monde nous avait tant recommandée ! Quelle déception ! Nous nous attendions à un petit paradis avec quelques restaurants et hébergements et nous trouvons une île poubelle ! Non suffisant d’être une poubelle, cette île est également la plus chère des trois. Nous en avons fait le tour afin de trouver un petit endroit où poser nos serviettes. Une heure plus tard, nous nous sommes retrouvés à l’autre bout de l’île avec une plage de moins de 800 mètres de long. Durant notre tour de l’île, nous avons eu tout le loisir de voir des déchets PARTOUT. En plus de ça, un hôtel sur deux était en travaux, nous étions pourtant arrivés en haute saison ! Un entre-deux de Gili Meno et Gili Trawangan nous avait-on dit. Pour les adresses comme tu t’en doutes, ce sera sans nous.

Bon séjour malgré tout  😉

Angeline & Florent

Vous pourriez aussi aimer

1 Commentaire

  • Répondre
    bobby dennie
    3 octobre 2016 à 8 h 52 min

    Allo merci pour ce retour sur les Gili. J’avoue que je n’y suis jamais allé. J’ai toujours eu de bons retours sur cet endroit, mais compte tenu de sa popularité et de ses infrastructures limitées vous ne me surprenez pas beaucoup. Merci encore et j’espère que les touristes et les autorités deviendront plus responsables et tenteront de garder ce coin de paradis intact.

  • Laisser un commentaire

    *

    error: Bien essayé 😜!