Comment avons-nous faillit passer une nuit avec les tortues ?

galapagos-santa-cruz-tortues-geantes-aventure

Dimanche 20 mars, en fin de matinée, nous décidons de partir pour la réserve de tortues géantes à quelques kilomètres de là. Oui mais voilà, il fait plus de 30 degrés et c’est loiiiiiiiiinnnn.

Après avoir tâté les taxis (35$ l’aller-retour tout de même 💸) nous décidons de partir à la recherche de l’arrêt de la chiva (petite camionnette aménagée avec des bancs) qui nous coûtera 1$ par personne 😊. Nous partons donc à l’assaut de l’avenue Baltra pour trouver cet arrêt (je répète : par 30 degrés! et bien sûr sans ombre sinon ce serait tricher..). Mais c’était sans compter sur l’esprit très pratique des équatoriens. En gros, il y a des arrêts de bus tous les 100 mètres mais comme il n’y a absolument aucune information aux alentours ça ressemble plus à des bancs publics qu’à des arrêts de transports en commun !

Ha mais là en face de nous qui descend l’avenue ne serait-ce pas une chiva? « Cours, cours Florent l’arrêt doit être plus bas ! » Ha ben non il est plus haut en fait.. 😓

« Hey les gars ! Je crois qu’on a trouvé l’arrêt de la Chiva ! »

Pendant que monsieur fait joujou avec sa Go pro, moi je prends en photo la boutique en face de nous pour te donner un repère pour trouver ce fichu arrêt si jamais tu veux toi aussi prendre la chiva pour aller à la réserve de tortues (cf. l’article « Que faire sur l’île de Santa Cruz avec un petit budget ? »).

Bref, on a enfin réussit à monter dans la chiva : direction le petit village de Santa Rosa !

30 minutes plus tard nous voilà arrivés dans ce qui est en effet un « petit village », un très petit village même 😕. Là ça commence à se gâter : personne aux alentours, aucun panneau expliquant où se trouve cette fichue réserve et par-dessus tout il se met à pleuvoir alors que nous sommes habillés pour aller à la plage (et bien sûr nous n’avons rien pris avec nous « au cas où » ben oui il faisait tellement chaud à Puerto Ayora »). Nous nous abritons donc où nous pouvons sous le regard amusé de quelques équatoriens en train de manger sous leur terrasse abritée. Une fois la pluie calmée, nous arrivons à trouver une bonne âme qui accepte, pour quelques dollars de nous emmener à la réserve El Chato. Ce que nous ne savions pas c’est que Monsieur prend un « raccourci », et avec les pluies des derniers jours (oui pas une goutte de pluie sur la côte mais ici, dans les terres, il pleut tout le temps apparemment) la route devient vite impraticable. Il nous abandonne donc tout près de notre première tortue 😮 et nous explique le chemin à suivre : prendre absolument à gauche et pas à droite (ou bien c’était l’inverse ?! 🤔) et puis il nous parle d’un ranch aussi (mais il a rien compris lui je veux voir des tortues !!! pas aller dans un ranch!).

P1000383Bref, nous partons donc seuls sur ce chemin de terre rouge. Quelques minutes de marche plus tard, nous arrivons devant la forêt et 2 sentiers s’offrent à nous : un part sur la gauche, l’autre sur la droite. Il disait quoi déjà le monsieur ? Ha ben non, en fait on s’en fiche il y a un gros panneau « STOP » à droite , logiquement il faut donc aller à gauche…

Et c’est parti dans une forêt ultra dense sur un sentier à peine visible en tenue de plage ! Oui mais c’est une réserve on ne risque rien alors GO !! Allons voir les tortues géantes !!!

Et nous ne sommes pas déçus ! La première tortue que nous voyons sur notre parcours est aussi grande que moi (photo en tête de l’article) ! « Florent ! Prends une photo elle est trop belle ! Rapproche toi, le zoom de l’appareil photo est nul ! Quoi ?! Elle te fait peur ?! Mais c’est une tortue !! » Bref, je prends l’appareil photo et m’approche du monstre. Bon j’avoue elle est vraiment flippante en fait… Elle respire comme Dark Vador ! Et puis elle me regarde fièrement avec le cou bien droit. Bon allez une photo et zou je retourne sur le sentier.

Nous continuons donc à marcher et c’est génial : il y a des tortues absolument partout ! Nous faisons tout pour ne pas les déranger et prendre quelques photos discrètement. Malgré cela, la plupart se cachent dans leur carapace en entendant notre pas si léger et discret.

Pendant presqu’une heure nous parcourons la forêt émerveillés par toutes ces tortues géantes ! A l’aide du GPS du téléphone nous suivons le « sentier » qui nous mène vers un point bleu nommé « El Chato ».  Oui mais voilà, arrivés près du point bleu, il n’y a rien. Nous nous attendions à une lagune avec plein de tortues partout et des bancs pour se poser, voir même un parking avec des gens et peut être des vendeurs ambulants avec des sandwichs ou autres merveilles (car nous commençons à avoir vraiment, vraiment faim !!). Et c’est tout l’inverse ! La forêt se referme de plus en plus sur nous, nos jambes sont fouettées par les racines, et le sentier est de moins en moins praticable car inondé, voir invisible à certains endroits 😱. Tant pis ça devient dangereux de continuer ainsi surtout que nous n’avons pas croisé âme qui vive depuis le début. Nous rebroussons chemin. Tel un aventurier, mon héros Florent prend un bâton et passe devant pour dégager le chemin 💪.

En effet, je commençais à piquer des crises d’hystérie à force de me prendre des toiles d’araignées aussi grandes que moi dans ma petite tenue très adaptée à ce genre d’endroit 😠. Affronter une tortue géante je veux bien mais les araignées non ! Très peu pour moi !

Comble de la catastrophe : il se met à pleuvoir ! Au début la pluie est la bienvenue car il fait vraiment chaud et c’est agréable mais très vite la pluie devient un déluge et le chemin est noyé sous les eaux et nos chaussures en toile (toutes neuves je précise) s’enlisent dans la boue. Je sens Florent qui commence à s’énerver devant et à s’inquiéter que le sentier devienne impossible à distinguer avec les eaux, j’accélère donc le pas autant que je peux.

Devant nous des passages entiers de boue à traverser tant bien que mal sans glisser. Et là je vois mon Florent déjà bien énervé glisser dans la boue. Ses pieds sont absorbés par le sol jusqu’aux chevilles. Malgré la situation, je ne peux m’empêcher de pouffer de rire. En fait, c’est pire que ça, je suis prise d’un véritable fou rire 😂 que je cache tant bien que mal. Mais plutôt mal que bien, à en juger les regards noirs que Florent me lancent.

En 30 minutes, nous parcourons plus de la moitié du chemin fait à l’aller. Oui mais voilà, nous arrivons à ce qui ressemble à un croisement. Ou plutôt ce que craignait Florent est arrivé : le sentier est complètement sous l’eau et impossible de savoir si nous sommes arrivés par la gauche ou par la droite !! Pas de souci : regardons sur le GPS et dirigeons nous grosso modo vers le point de départ. De toute façon vu l’état du sentier ça ne changera pas grand chose ! Ni une ni deux je prends le téléphone et … malgré la coque imperméable le tactile ne répond plus ! Le téléphone est inutilisable ! Nous sommes au milieu de la jungle, sans GPS, sans personne qui sait où nous sommes, trempés jusqu’aux os, sans rien dans le ventre ni à manger… Bref c’est la MERDE !!!! Ok là je panique ! 😱😱

Mais attends ne serait ce pas une voiture que j’entends là ?! Si ! Ça vient de la gauche !

Nous nous précipitons donc dans cette direction et en 15 minutes : oh miracle !! Nous tombons sur le fameux « ranch »!! Mais ce n’est pas un ranch c’est un parc avec des tortues partout, un bar, un parking, bref le paradis que nous cherchions depuis le début !! 😤

Des touristes anglais en bottes (et oui!!! au ranch ils prêtaient des bottes !!!!!) nous voient sortir de la jungle mi-effarés mi-amusés.

Nous prenons le temps d’essorer nos vêtements puis courons voir si nous pouvons trouver un taxi. En effet, les seules personnes présentent au ranch (environs 10) font partie d’un groupe et sont donc venues dans un car plein (pas de place pour nous quoi !).

Miracle il y en un qui veut bien faire l’aller-retour jusqu’à notre hôtel pour 10 malheureux dollars. Nous sautons dedans (en déversant des litres d’eau sur les beaux sièges en cuir) et repartons vers la civilisation et notre hôtel si confortable (même avec sa douche froide qu’est ce que je l’aime mon hôtel 😍).

Angeline

Vous pourriez aussi aimer

Commentaires

  • Répondre
    Que faire sur l’île de Santa Cruz avec un petit budget ? – Travellovers
    4 avril 2016 à 21 h 38 min

    […] Si tu veux découvrir nos aventures dans la réserve EL CHATO sans guide clique-ici. […]

  • Répondre
    Wouahou !! Nous avons été nommés au Liebster Award ! – Travellovers
    5 août 2016 à 12 h 30 min

    […] aussi, tu peux aller lire nos mésaventures ici : Une escale brésilienne pas comme les autres, Comment avons nous faillit passer une nuit avec les tortues, Une nuit sans électricité… et Florent a testé pour vous le dentiste au […]

  • Laisser un commentaire

    *

    error: Bien essayé 😜!